Archives - SPLENDOUR

Auteur :
Géraldine MAILLET
Résumé :

Pour la légende du grand cinéma, Natalie Wood est l’actrice inoubliable de West Side Story et de Splendour in the grass. Et c’est aussi la fille douloureuse, nymphomane, bouleversante de talent et d’intensité qui, dans la nuit du 29 novembre 1981, se noya en face de l’île de Santa Catalina tandis que son mari, Robert Wagner, et son amant Christopher Walken, s’enivraient sur le pont d’un bateau précisément nommé  « Splendour ». De la splendeur au drame : telle fut son étrange et tragique destin…

 

Dans cette pièce-opéra, Géraldine Maillet a choisi de revisiter l’existence de cette actrice à l’instant de sa mort. Flux de pensées, Hollywood et ses mirages, les hommes de passage, les triomphes, la solitude, les petites joies et les grands désespoirs…

 

Une descente aux Enfers à travers le sexe, l’alcool, le glamour. En passant par le cœur d’une femme glorieuse et perdue. 

 

Distribution : Elsa ZYLBERSTEIN
Créatifs :

Auteur : Géraldine MAILLET

Mise en scène : Catherine SCHAUB

Musique originale Splendour : Benjamin BIOLAY

Salle : Théâtre de Paris – Salle Réjane

Représentation :
  • Du mardi au samedi 19h00
  • dimanche 17h00

Les tarifs :

Catégorie 1
30€ (hors frais)
Catégorie 2
20€ (hors frais)

Les avis :

LA PRESSE EN PARLE

http://www.regarts.org/

Dans la nuit du 29 novembre 1981 l’actrice hollywoodienne Natalie Wood se noyait en face de l’île de Santa Catalina tandis que son mari Robert Wagner et son énième amant Christopher Walken s’enivraient sur le pont de leur bateau «  le Splendour ». [...] Ce sont les dernières minutes de la vie de cette star désenchantée au destin exceptionnel et tragique qui se noie sous nos yeux et qui va sous forme de flash-back faire défiler sa vie, ses joies, ses peurs, ses échecs, son couple sulfureux, sa décadence, son addiction au sexe, à l’alcool et aux stupéfiants. [...] .

Un monologue fort de Géraldine Maillet, magistralement interprétée comme une sorte de confession par Elsa Zylberstein, lumineuse, juste, vraie, variant de la colère aux rires, de l’émotion à la folie. Hurlant avec passion son amour pour Warren Betty tout comme sa haine amoureuse pour son mari si complaisant, jouissant de sa nymphomanie comme d’un besoin vital. Celle qui fut Judi aux côtés de James Dean dans la fureur de vivre, qui fut aussi un objet de désir, une icône torturée, nous offre un dernier ballet avant de sombrer dans les abysses de son étrange destin.

LES INTERNAUTES

JOGOSOMO
1 2 3 1 1
Splendour Un immense BRAVO à Elsa Zylberstein pour son émotion réellement palpable. Grande et touchante. J'en reste très ému.
Michel D.
1 2 3 1 1
SPLENDOUR STARTER PLUS _ Michel D. a écrit le 29/10/2014 - Voir ses autres commentaires Note = 4,7 sur 5 On sait depuis "Mina Tannenbaum", plusieurs rôles dans des films de Raoul Ruiz, "Il y a longtemps que je t'aime" de Philippe Claudel, etc... et plus d'une dizaine de pièces de théâtre à son actif, qu'Elsa Zylberstein est une actrice et comédienne au potentiel très large. Avec cette pièce où elle vamp..et irise la scène, seule mais tant de personnages à la fois, comme sa sincérité, celle d'une actrice hollywoodienne qui en change tout le temps, une femme qui se noit au figuré puis pour de bon, une femme incapable d'échapper au destin tragique qui semblait n'appartenir qu'aux autres; mais comme les autres sont morts, elle doit mourir aussi, dans ce rôle fou où elle a dû se projeter comme une folle, elle montre encore d'autres facettes de son talent et non des moindres, celles notamment qui permettent d'occuper la scène de façon si sensuelle et abrupte, si violente et émouvante, de manière physique et spirituelle, seule, en la peuplant de tout un monde! Un monde où la gloire semble être le deuil éclatant du bonheur, comme l'exprimait Madame de Staël, un univers où le mentir vrai brouille les pistes, les repères mais où le conformisme n'est pas de mise, une caste où les stars brillent tant et tant qu'elles consument leurs vies, en vivent plusieurs en parallèle sans trouver celle qui leur convient ou conviendrait, mais une vie convenable ne ferait pas d'elles ce qu'elles sont devenues...et le livre de Géraldine Maillet cisèle cet univers en un texte flamboyant. Le parcours de cette auteure qui est aussi réalisatrice n'est pas étranger à son écriture bien sûr, elle a dû côtoyer tous les aspects de la célébrité, le glamour désenchanté, les substances planantes, les amours démultipliées, le charisme, la beauté, les mystères aussi et tout cela est porté à son incandescence dans cette transposition scénique très habile de Catherine Schaub. Qu'elle est loin la star sirupeuse de West Side Story, où son interprétation aurait cependant mérité l'Oscar, c'est une femme blessée, plus proche d'un personnage de Pinter, son art et sa gloire lui ayant été fatale. Une femme qui se noie, sa main se tendant vers la surface à travers les vagues, ne trouvant que des ombres, des reflets, flottants, une métaphore, bien au-delà du fait divers. Après " Gemma Bovery" sur les écrans, allez voir Elsa Zylberstein sur scène, vous (re)découvrirez la comédienne, dans l'un des rôles qui marque(ra) sa carrière.
ivoire
1 2 3 1 1
SPLENDOUR Un grand bravo à Elsa Zylberstein. Sa performance est époustouflante. Ce fût un grand moment d'émotions que nous a fait vivre cette comédienne.
durden1563
1 2 3 1 1
Splendour J'ai vu la pièce hier,c'est une magnifique performance d'actrice qui m'a été donné de voir. Mlle Zylberstein vous ètes une extraordinaire comédienne. Encore bravo.
Alex_r08
1 2 3 1 1
Splendour Une scène remarquable ! On rentre d'amblé dans le monde de Nathalie Wood. Elsa Zylberstein arrive à varier les émotions, et c'est tellement prenant ! Je le recommande fortement, c'était un très bon moment.

Déposer un avis :



Captcha image

les champs suivis d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Les informations personnelles vous concernant et collectées dans le cadre de ce formulaire sont destinées aux départements internes du SNERR DU THEATRE DE PARIS afin de pouvoir traiter votre demande et publier votre avis. Conformément à la loi « Informatiques et Libertés » du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, et de suppression des données personnelles qui vous concernent. Vous pouvez exercer ces droits en écrivant à l’adresse suivante : SNERR DU THEATRE DE PARIS – 15 rue Blanche 75009 Paris. informations@theatredeparis.com

TdP_splendour3.jpg


Mentions légales



×